Visual Art Exhibition   .   Freedom?  .   Special Projects

Introduction au Guide de l’Exposition

[عربي] [English] [français]

"Une proposition pour l’articulation d’oeuvres et de lieux"
par Abdellah Karroum

Cette publication est conçue pour être un répertoire de la première partie du projet d’exposition qui commence à prendre forme au Palais Bahia à Marrakech(1). C’est "Une proposition pour l’articulation d’oeuvres et de lieux" qui réactive les œuvres dans les lieux de leur exposition, en correspondance avec les lieux de leur création, par le biais de la documentation, de l’information et de la rencontre.
Le projet dépasse les lieux physiques de la ville et indique les lieux autres des oeuvres : Engan dans le Cercle Polaire Nord, Cape Town en Afrique du Sud et Mexico City en Amérique du Nord. Des lieux plus proches : une vallée dans le Rif, un Hangar dans la zone industrielle de Fez, un orphelinat à Marrakech et d’autres espaces avec accès privé ou public.
La réalisation de l’exposition à Marrakech est un fait exceptionnel aussi bien par les moyens mis en œuvres que par le caractère du lieu et de son histoire. Cette exposition a été rendue possible par une série de situations exceptionnelles : L’échec du Musée(2) ; les restrictions budgétaires, l’interdiction de "toucher" au monument qui accueille l’exposition et les moyens humains très réduits. Ces restrictions n’ont pas limité pour autant l’existence des œuvres, plus que jamais fortes et expressives. L’art crée son propre espace de rencontre, tout comme la philosophie crée son propre discours pour interagir avec les sociétés.
L’exposition comme projet porte aussi cette responsabilité de raconter les œuvres, mais surtout de relier l’imaginaire au réel dans un mouvement d’allers-retours entre idée et projet et entre création et expression.
Ici, l’installation des oeuvres est poussée à l’ultime limite de l’écologie de l’exposition. Aucun mur ne sépare les œuvres de leur lieu d’apparition et aucune limite n’est posée devant les expressions des artistes et des visiteurs, "invités et étrangers". Chaque dispositif, construit pour montrer une œuvre, est réduit au minimum structurel. Aucun autre éclairage artificiel n’est ajouté que la lumière contenue dans les œuvres et leurs mécanismes.
Cette exposition est aussi conçue en réponse aux multiples fragilités qui caractérisent le contexte de son émergence. La première fragilité est celle de l’état de conservation du Palais Bahia qui nous interdit de toucher aux murs. Le Palais Bahia était envahi par les visiteurs, touristes et locaux, pendant toute la durée de montage de l’exposition. Certains artistes ont exploité cette "ouverture" pour tester leur proposition à l’écoute des publics.

Venues Credits